DEMAIN: Les Anishinabe contre Louisiana Pacific, prise 2

Quelques nouvelles de l’audience de Vendredi devant la cour Supérieure du Québec. Les Anishinabe de la Nation algonquine du bassin-versant de la rivière des Outaouais cherchaient à y obtenir d’urgence une ordonnance de sauvegarde pour interrompre immédiatement les coupes forestières de la compagnie Louisiana Pacific dans le secteur du Lac Lucie de la réserve faunique La Vérendrye.

L’audience a été remise à lundi prochain (soit demain), 13h30, salle 14.09, et elle sera entendue par un-e juge à déterminer. Ça se poursuivra le mardi.

Solidarité NABRO vous attend donc demain à 12h30 devant le Palais de Justice (1 rue Notre-Dame, métro Place d’Armes), le temps d’avoir une présence visible à l’extérieur avant l’audience. Ensuite, vous êtes encore une fois invité-e à assister à l’audience elle-même.

Évènement Facebook: https://www.facebook.com/events/569127059866235/

HeleneCollin_court1

credit: Hélène Collin

Les avocats des partis défendeurs (à commencer par Louisiana Pacific) ont demandé le report sous prétexte qu’ils ne sont pas préparés et que Produits forestiers Résolu veut intervenir dans la cause. Ils soutiennent que 6 compagnies forestières sont affectées par la procédure légale et pourraient vouloir intervenir. Ils ont même parlé des compagnies manufacturières dépendantes des forestières qui voudraient intervenir aussi. On peut aller loin avec cette logique là…

Pourtant, comme l’a dit Tina Nottaway, porte-parole des Anishinabe , rien n’a été dit à propos de toutes les nations, les écosystèmes, les animaux et les individus qui souffrent indirectement des travaux forestiers.

De son côté, l’avocat des Anishinabe soutient que suite à la mise en demeure qu’il a envoyée au Ministère des Ressources naturelles, l’organisme gouvernemental ne lui a jamais fourni une copie des permis pour qu’il soit à même de voir qui est impliqué dans le secteur qu’on cherche à protéger d’urgence.

Louisiana Pacific s’est engagée à ne pas faire de travaux d’abattage entre minuit vendredi soir et minuit dimanche soir. Mais elle a précisé qu’elle effectuerait quand même le ramassage du bois déjà coupé, une opération qui cause à elle seule beaucoup de dommages à la végétation et au sol. Décidément, l’idée que « l’économie » prime sur tout est tenace.

Assez décevant, donc.

Le positif: On a assuré une bonne présence devant le Palais de justice et à l’intérieur, et il y a pas mal d’intérêt des médias pour la cause. On a parlé à des gens de la Presse, du Devoir, du Journal de Montréal et de la radio CHGA fm. Sans parler des journalistes citoyens qui ont couvert l’évènement.

Malgré les délais, malgré la bureaucratie, il faut être tenaces et montrer qu’on est préoccupé-es. Si vous pouvez être là demain, soyez-y!

HeleneCollin_GGenfeu

credit: Hélène Collin