Manifestation de solidarité avec la communauté Anishnabe du Lac Simon

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

TIOHTIAKE (dite MONTRÉAL), 7 AVRIL 2016 – En solidarité avec la famille de Sandy Michel et de toute la communauté de Lac-Simon, un rassemblement est organisé le lundi 11 avril à 19h, au métro Saint-Laurent pour proclamer que, comme celles des Noirs, « Indigenous Lives Matter! »

Un de plus…

À peine avions-nous eu le temps d’encaisser la nouvelle du meurtre de Jean-Pierre Bony, mortellement happé par un projectile de plastique du SPVM à Montréal-Nord, que la police frappait encore.

Dans la nuit du 6 avril, Sandy Michel, 25 ans, a rendu l’âme, brutalement assassiné par la police de la réserve anishnabeg de Lac-Simon, près de Val-d’Or. Son seul crime était d’avoir brandi un objet qui « ressemblait » à une arme blanche. La police l’a écrasé avec une auto-patrouille avant de le cribler de balles. Pour son père Johnny, c’est une perte immense, lui dont le fils aîné avait aussi été tué par la police en 2009… À cette échelle, nous sommes en droit de considérer que le meurtre de jeunes autochtones dans le nord du Québec, à l’image de celles des jeunes noirs dans le nord de Montréal, est un exemple d’intolérance raciste, où les vies non-blanches sont bonnes à être abattues sans autre forme de procès.

Dans la foulée de cette tragédie, la population de Lac-Simon, exaspérée par des années de harcèlement policier, s’est immédiatement rassemblée pour leur demander de quitter le territoire. Cela a amené l’intervention de la SQ sur les lieux, qui a formellement interdit aux journalistes de se rendre sur place pendant la durée de l’enquête.

Ce black-out médiatique n’est pas innocent. Après les révélations récentes sur les atrocités sexuelles commises par une quantité considérable de ses constables dans la région de Val-d’Or, la SQ est prête à tout pour cacher le caractère systématique des violences policières envers les autochtones. Rappelons que la « police tribale » venait tout juste de revenir sur le territoire de Lac-Simon, qu’elle avait dû déserter suite à la mort de l’un des siens, abattu par Anthony Raymond Papatie, 22 ans, avant qu’il ne s’enlève la vie. Comme il faut croire que la police n’a pas compris ce signal de détresse, il faut comprendre le meurtre de Sandy Michel comme une vengeance brutale de sa part. Ce que la police mène sur les réserves, c’est bel et bien le prolongement de la vieille guerre génocidaire.

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/779765878822640/

- 30 -

Source : Solidarité NABRO

Solidaritenabro.org / solidaritenabro@gmail.com

Pour les entrevues, veuillez vous présenter à la date et à l’heure du rendez-vous.